• Vivre… un espoir… 

    Vivre, c’est faire un pas en avant Sans regarder en arrière.

    Vivre, c’est se dire chaque matin

    Qu’un rêve nouveau va naître.

    Vivre, c’est espérer que ce soir

    Ce nouveau rêve se réalisera.

    Vivre, c’est croire fermement qu’un jour,

    Ce rêve nouveau s’accomplira dans toute sa plénitude

    . Vivre, c’est aussi… un peu de bonheur

     

     


    3 commentaires
  • Qu’elle est belle la terre, avec ses vols d’oiseaux

    Qu’on entrevoit soudain à la vitre de l’air,

    Avec tous ses poissons à la vitre de l’eau!

    La peur les force vite à chercher un couvert

    Et l’homme reste seul derrière le rideau.

    Qu’elle est belle, la terre, avec ses animaux,

    Avec sa cargaison de grâce et de mystère!

    Le poète se tient à la vitre des mots.

    Cette beauté qu’il chante, il la donne à son frère

    Qui se lave les yeux dans le matin nouveau.

    JACQUES ROUBAUD

    Je vous souhaite de passer un beau mois de mai

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • MOI, JE NE COMPREND PAS,

    C’EST QU’ON ARRIVE PAS A CONTAMINER AUSSI LES GENS AVEC DE LA BONNE HUMEUR

    POURTANT ONT EST TOUS SOUS LE MÊME CIEL,

    CA DEVRAIT SUFFIRE POUR CE TENDRE LA MAIN

    ET SE FAIRE DES TAS DE SOURIRE QUI RÉCHAUFFENT LE COEUR

    FRANÇOIS GARAGNON

     


    4 commentaires
  • SE VOIR LE PLUS POSSIBLE ET S’AIMER SEULEMENT,

    SANS RUSES ET SANS DÉTOURS, SANS HONTE NI MENSONGE,

    SANS QU’UN DÉSIR NOUS TROMPE, OU QU’UN REMORD NOUS RONGE,

    VIVRE À DEUX ET DONNER SON CŒUR À TOUT MOMENT ;

    RESPECTER SA PENSÉE AUSSI LOIN QU’ON Y PLONGE,

    FAIRE DE SON AMOUR UN JOUR AU LIEU D’UN SONGE,

    ET DANS CETTE CLARTÉ RESPIRER LIBREMENT

    POÈME D’ ALFRED DE MUSSET (FRANCE)

     


    3 commentaires
  •  

     

    LE PAPILLON NAÎTRE AVEC LE PRINTEMPS,

    MOURIR AVEC LES ROSES,

    SUR L' AILE DU ZÉPHYR NAGER DANS UN CIEL PUR,

    BALANCÉ SUR LE SEIN DES FLEURS À PEINE ÉCLOSES,

     

    S' ENIVRER DE PARFUMS, DE LUMIÈRE ET D' AZUR,

    SECOUANT, JEUNE ENCORE,

    LA POUDRE DE SES AILES, S' ENVOLER COMME UN SOUFFLE AUX VOÛTES ÉTERNELLES,

    VOILÀ DU PAPILLON LE DESTIN ENCHANTÉ !

    IL RESSEMBLE AU DÉSIR,

    QUE JAMAIS NE SE POSE, ET SANS SATISFAIRE,

    EFFLEURANT TOUTE CHOSE, RETOURNE ENFIN AU CIEL CHERCHER LA VOLUPTÉ !

    ALPHONSE DE LAMARTINE


    3 commentaires